Accueil Imprimer Annuaire Plan du site Crédits Fil RSS du site Twitter Plans d'accès Contacts Annuaire Webmail Intranet Logo

Accueil > Recherche > Plasmas Spatiaux > Thématiques scientifiques > Sous-orages magnétosphériques

Sous-orages magnétosphériques

 Chercheurs LPP

O. Le Contel, A. Retino

 Sélection de publications

 Le mystère des sous-orages

Notre planète est munie d’un champ magnétique intense. Celui-ci interagit avec le plasma constamment éjecté par le Soleil (vent solaire) dans le milieu interplanétaire. De cette interaction résultent des phénomènes spectaculaires. Certains de leurs effets ont des conséquences sur l’activité humaine.

Comme un bouclier, le champ magnétique terrestre repousse le vent solaire à une dizaine de rayons terrestres de la planète du côté jour. Le voisinage de la Terre dominé par son champ magnétique intrinsèque est appelé magnétosphère. Elle s’étire à des centaines de rayons terrestres de la planète du côté nuit. La zone d’étirement de la magnétosphère correspond à la queue magnétique. Cette région est le siège de phénomènes de sous-orages magnétosphériques.

JPEG - 57.1 ko
Aurore boréale à Sodankyla en Finlande
© CNRS Photothèque - Michel HERSE

Les sous-orages provoquent l’accélération des particules chargées en direction de la Terre. La rencontre de ces particules avec la haute atmosphère terrestre est à l’origine des aurores polaires. Nous pouvons voir leur drapé lumineux depuis la surface de la Terre. La précipitation de ces particules est également à l’origine de dérèglements des réseaux électriques et de télécommunication. Si l’on en observe les effets, on connaît mal la genèse de l’accélération des particules chargées.

Savoir où et quand se déclenchent les sous-orages est au cœur du débat scientifique depuis plus de trente ans. Les premières missions spatiales lancées pour étudier la provenance des sous-orages magnétosphériques étaient mono satellitaires. Ces phénomènes s’étendent en quelques minutes sur de grandes distances. Ces missions se sont donc heurtées à la difficulté de déterminer leur point de départ, ce qui n’a pas non plus été résolu par les premières missions bi-satellitaires comme ISEE 1 et 2 (ESA/NASA) (1978-1987). C’est pourquoi des missions multi satellitaires ont été conçues, telle la mission THEMIS (NASA) lancée en 2007 comportant 5 satellites.


transparent
Tutelles : CNRS Ecole Polytechnique Sorbonne Université Université Paris Sud Observatoire de Paris Convention : CEA
transparent
©2009-2019 Laboratoire de Physique des Plasmas (LPP)

Mentions légales
Exploitant du site : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Hébergeur : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Directeur de la publication : Pascal Chabert (Directeur)