Accueil Imprimer Annuaire Plan du site Crédits Fil RSS du site Twitter Plans d'accès Contacts Annuaire Webmail Intranet Logo

Accueil > Pages Personnelles > M > Pierre Morel > Comparaisons entre simulations gyrocinétiques et expérience par rétro-diffusion Doppler > Présentation

Présentation

J’ai intégré depuis le premier Octobre 2011 le groupe Plasmas de Fusion Magnétique dirigé par Pascale Hennequin, au sein du Laboratoire de Physique des Plasmas (Ecole Polytechnique). J’y travaille en partie sur la comparaison entre expériences et simulations gyrocinétiques. Les résultats expérimentaux qui sont à la base de ce projet sont obtenus par rétro-diffusion Doppler, technique expérimentale pour laquelle le groupe est internationalement reconnu [1,2].

Récemment, une série d’expériences dédiées à l’étude de l’effet de la collisionnalité sur la turbulence plasma dans le Tokamak Tore Supra a mis en évidence une modification des spectres des fluctuations en densité du plasma, alliée à une modification importante du comportement de la vitesse perpendiculaire de ces fluctuations [3]. En particulier, les fluctuations aux grandes échelles se sont avérées fortement modifiées, quand les parties du spectre associées aux petites échelles présentaient des pentes fort similaires. Il s’agit d’une belle illustration du caractère universel des petites échelles de turbulence.

Entre 2012 et 2018, j’ai piloté le projet COLONESE, dont l’objectif était de retrouver les données expérimentales au moyen de simulations gyrocinétiques, en utilisant le code GENE avec lequel je suis familier, ainsi que le code GYSELA. Avec Alexandre Storelli et Robin Leybros, nous avons développé des diagnostics synthétiques, représentant au plus près les conditions expérimentales au cours d’une simulation numérique. Dans le cadre de ce projet, la structuration radiale de la turbulence dans le Tokamak Tore Supra a été étudiée et comparée aux résultats du code GYSELA : un profil en marches d’escaliers a pu être mis en évidence, voyant alterner des zones de fort gradients accompagnées de fort cisaillement radial de la turbulence et bloquant ainsi le transport turbulent, avec des zones de profil d’équilibre plat, propices au transport radial de chaleur [4].

Références :

[1] P. Hennequin, C. Honoré, A. Truc, A. Quéméneur, N. Lemoine, J. Chareau, and R. Sabot, Rev. Sci. Instrum. 75, 3881 (2004).

[2] E. Trier, L.-G. Eriksson, P. Hennequin, C. Fenzi, C. Bourdelle, G. Falchetto, X. Garbet, T. Aniel, F. Clairet and R. Sabot., Nucl. Fusion 48, 092001 (2008).

[3] L. Vermare, P. Hennequin, Ö. D. Gürcan, C. Bourdelle, F. Clairet, X. Garbet, R. Sabot and the Tore Supra Team, Phys. Plasmas 18, 012306 (2010).

[4] G. Dif-Pradalier, et al, Phys. Rev. Lett. 114, 085004 (2015).


transparent
Tutelles : CNRS Ecole Polytechnique Sorbonne Université Université Paris Sud Observatoire de Paris Convention : CEA
transparent
©2009-2019 Laboratoire de Physique des Plasmas (LPP)

Mentions légales
Exploitant du site : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Hébergeur : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Directeur de la publication : Pascal Chabert (Directeur)