Accueil Imprimer Annuaire Plan du site Crédits Fil RSS du site Twitter Plans d'accès Contacts Annuaire Webmail Intranet Logo

Accueil > Séminaires et conférences > Séminaires, soutenances de thèses et HDR précédents > 2011 > Séminaires 2011 > Le jeudi 24 novembre 2011 à 11h

Le jeudi 24 novembre 2011 à 11h

Thomas Chust et Matthieu Berthomier

Participation du LPP à la mission Solar Orbiter de l’Agence Spatiale Européenne (ESA)

Lieu : Palaiseau, salle de réunion du LIX (aile 0)

Le soleil est la plus proche des étoiles et surtout la seule que nous puissions étudier en détail
par des mesures in-situ. La mission spatiale Solar Orbiter est la première mission que doit
lancer l’Agence Spatiale Européenne dans le cadre de son programme scientifique Cosmic
Vision 2015-2025. Elle doit étudier notre soleil à une distance de 42 millions de km encore
jamais atteinte par une sonde spatiale, à seulement 0.28 fois la distance Terre-Soleil. Solar
Orbiter s’éloignera d’environ 30° du plan de l’écliptique pour suivre au cours de sa rotation le
Soleil et ses régions riches en éruptions. Cette mission permettra de sonder les régions les plus
internes de l’héliosphère et de comprendre l’origine du vent solaire, ce plasma issu de la
couronne solaire et qui s’étend dans tout le système solaire. L’impact de ce vent sur notre
Terre et sa magnétosphère, et les mécanismes qui gouvernent son expansion, sont l’objet
d’intenses recherches depuis le début de l’ère spatiale.

Le LPP a été retenu pour fournir certains des éléments critiques de l’instrumentation qui sera
embarquée sur Solar Orbiter. Le laboratoire contribuera à l’expérience « ondes » RPW (Radio
and Plasma Waves), en construisant pour la première fois un analyseur de bord « basse
fréquence », le LFR (Low Frequency Receiver), dédié à l’étude des champs électromagnétiques
dans la gamme de fréquence entre 0.1 Hz et 10 kHz. Il contribuera également
au spectromètre de particules SWA (Solar Wind Analyzer), en fournissant pour la première
fois là-aussi le détecteur d’un spectromètre d’électrons, EAS (Electron Analyzer Sensor), qui
produira le spectre en énergie et en angle d’arrivée des électrons du vent solaire entre
quelques eV et 5 keV. Les données de ces instruments seront essentielles pour comprendre la
dynamique du plasma qui s’échappe de la couronne solaire et ce séminaire sera l’occasion de
présenter les enjeux scientifiques et instrumentaux de la participation du LPP à cette nouvelle
aventure spatiale.


transparent
Tutelles : CNRS Ecole Polytechnique Sorbonne Université Université Paris Sud Observatoire de Paris Convention : CEA
transparent
©2009-2019 Laboratoire de Physique des Plasmas (LPP)

Mentions légales
Exploitant du site : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Hébergeur : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Directeur de la publication : Pascal Chabert (Directeur)