Accueil Imprimer Annuaire Plan du site Crédits Fil RSS du site Twitter Plans d'accès Contacts Annuaire Webmail Intranet Logo

Accueil > A propos du LPP > Communication > Actualités archivées > 2014 > Dans leur configuration de lancement, prévu en mars 2015 : derniers tests réussis pour MMS et les fluxmètres du LPP

Dans leur configuration de lancement, prévu en mars 2015 : derniers tests réussis pour MMS et les fluxmètres du LPP

A l’instar de la mission Cluster, la mission MMS est constituée de quatre satellites identiques qui évolueront en formation tétraédrique dans l’environnement magnétique terrestre (magnétosphère) afin de fournir une description tri-dimensionnelle à haute résolution spatiale et temporelle de l’interaction entre les particules chargées et le champ magnétique. La densité des particules chargées constituant le plasma de la magnétosphère terrestre étant très faible, les collisions entre elles y sont très rares. Elles sont pourtant dotées d’un comportement collectif en raison de leur interaction avec les champs électrique ou magnétique, en particulier le champ magnétique terrestre. Ces particules peuvent aussi être accélérées, chauffées et transportées en interagissant avec des ondes électrostatiques ou électromagnétiques. La mesure des ondes électromagnétiques est donc cruciale pour comprendre la dynamique du plasma. Le LPP a réalisé avec le soutien financier du CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) 5 jeux d’antennes magnétiques (capteurs et préamplificateurs ; voir photo ci-dessous) qui mesureront les fluctuations du champ magnétique entre 1 Hz et 6 kHz, constituant l’expérience SCM (Search Coil Magnetometer) de MMS. Pour ne pas être perturbées par le fonctionnement du satellite et des autres instruments, ces antennes ont été montées sur un mât à 4 mètres du corps du satellite.

JPEG - 109.2 ko
Un des cinq capteurs magnétiques tri-axes du type fluxmètre (à gauche) et un des préamplificateurs associés (à droite) réalisés au LPP.
Photos crédit LPP

Une fois les antennes montées sur les satellites, chaque satellite a subi des tests en température, avant les tests finaux en vibration.

JPEG - 226.8 ko
Un satellite MMS sort de la cuve à vide thermique alors qu’un autre satellite est prêt à le remplacer.
Crédit NASA

Plus de détails sur les sites du LPP et de la NASA
Contacts : Olivier Le Contel ; Paul Leroy


transparent
Tutelles : CNRS Ecole Polytechnique Sorbonne Université Université Paris Sud Observatoire de Paris Convention : CEA
transparent
©2009-2019 Laboratoire de Physique des Plasmas (LPP)

Mentions légales
Exploitant du site : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Hébergeur : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Directeur de la publication : Pascal Chabert (Directeur)