Accueil Imprimer Annuaire Plan du site Crédits Fil RSS du site Twitter Plans d'accès Contacts Annuaire Webmail Intranet Logo

Accueil > A propos du LPP > Communication > Actualités archivées > 2021 > Clément Moissard a soutenu sa thèse "Gaines interplanétaires en amont des nuages magnétiques et leur impact sur la magnétogaine terrestre"

Clément Moissard a soutenu sa thèse "Gaines interplanétaires en amont des nuages magnétiques et leur impact sur la magnétogaine terrestre"

Le 5 février 2021, Clément Moissard a soutenu sa thèse "Gaines interplanétaires en amont des nuages magnétiques et leur impact sur la magnétogaine terrestre".

En raison de la crise sanitaire, la soutenance a eu lieu en présentiel et en visioconférence.

Résumé
Des nuages magnétiques en provenance du soleil peuvent atteindre et perturber l’environnement géomagnétique et endommager certaines technologies. S’ils sont suffisamment rapides, ces nuages peuvent entraîner la formation d’un choc interplanétaire suivi d’une gaine turbulente de plasma compressé. Il a été montré récemment que ces gaines peuvent être très géoeffectives. Pourtant, les gaines, ainsi que leur interaction avec l’environment géomagnétique restent mal connus.

D’abord, nous fournissons, grâce à une étude statistique menée sur 42 gaines bien définies et isolées, et pour la première fois, des valeurs de la puissance des fluctuations magnétiques et de leur compressibilité (un indice sur le type des fluctuations). Les paramètres influençant sur ces valeurs sont également évalués.

Ensuite, nous présentons la première simulation PIC hybride 3D qui inclut à la fois un modèle de l’environnement géomagnétique et une gaine interplanétaire formée de manière auto-cohérence. Cette simulation permet la mise en évidence de plusieurs résultats nouveaux : le rebond du choc d’étrave suite à son interaction avec le choc interplanétaire (un phénomène connu) peut être expliqué par l’apparition d’un flux subalfvénique de particules ayant rebondies sur la magnétopause ; le choc interplanétaire, d’abord freiné dans la magnétogaine, peut être accéléré sur les flancs de la magnétopause ; enfin le plasma dans la gaine se propage avec une composante de vitesse perpendiculaire au champ magnétique interplanétaire, non présente en aval du choc, ce qui mène à une compression asymétrique de la magnétogaine.

Composition du jury
Pr. Caterina RICONDA, Directrice
Dr. Vincent GENOT, Rapporteur
Pr. Francesco CALIFANO, Rapporteur
Dr. Emilia KILPUA, Examinatrice
Dr. Ronan MODOLO, Examinateur
Pr. Philippe SAVOINI, Directeur de thèse
Dr. Dominique FONTAINE, Directrice de thèse


transparent
CNRS Ecole Polytechnique Sorbonne Université Université Paris-Saclay Observatoire de Paris
transparent
©2009-2021 Laboratoire de Physique des Plasmas (LPP)

Mentions légales
Exploitant du site : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Hébergeur : Laboratoire de Physique des Plasmas, Ecole Polytechnique route de Saclay F-91128 PALAISEAU CEDEX
Directeur de la publication : Dominique Fontaine (Directrice)